Coucher de soleil, Dole, Népal / Sunset, Dole, Nepal
Coucher de soleil, Dole, Népal / Sunset, Dole, Nepal

Trekking en solo au Népal

Par Steve

Il y a de nombreuses régions mythiques pour faire du trekking dans le monde : les classiques Alpes, la Patagonie et ses paysages plus grands que nature, les Rocheuses canadiennes et ses lacs plus bleus que le ciel. Mais un lieu les dépasse d’une tête : le Népal, où l’on trouve les plus hauts sommets sur terre.

Et si je vous disais qu’en plus la randonnée y est très abordable? Qu’il s’agit d’un endroit où vous n’aurez même pas à vous soucier d’amener une tente et un sac de couchage? Et donc, que ça en fait une région parfaite pour tenter l’aventure d’une expédition en solo? Avouez que ça commence à faire pas mal de qualités.

Rassurez-vous, nul besoin d’être un alpiniste chevronné pour apprécier cette région, il suffit juste d’avoir une bonne condition physique, et d’être bien préparé et équipé. Voici donc l’essentiel de ce que j’ai appris en planifiant ma randonnée vers les lacs turquoise de Gokyo, une des plus belles expériences de voyage que j’ai jamais vécu.

Randonnée vers Gokyo, Népal / Hiking to Gokyo, Nepal

Est-ce accessible à tous?

Je vous mentirais si je vous disais que n’importe qui peut se pointer à Katmandou, et s’attendre à atteindre le camp de base de l’Everest en chantonnant. Il faut être relativement en forme, avoir déjà testé ses limites en randonnée, et être bien équipé pour ce genre de voyage un peu hors-norme.

Je n’ai vraiment rien d’un surhomme : je suis petit, j’ai un éternel 5 kg de gras à perdre, et j’avais 38 ans lorsque j’ai fait ce trek. La clé? Je me suis préparé plusieurs mois à l’avance, en marchant, en courant, et en montant des milliers d’étages sur un appareil au gym. C’est cet entraînement qui a fait toute la différence une fois là-bas, et qui a rendu les montées beaucoup moins souffrantes pour mon cœur, mes poumons et mes genoux.

J’ai été ravi de croiser plusieurs randonneurs dans la soixantaine pendant mon trek vers Gokyo : preuve que de telles aventures sont accessibles à bien plus de gens que l’on ne pense.

Randonnée Gokyo, Second lac, Népal / Gokyo hiking, Second lake, Nepal
Mont Ama Dablam, Népal / Mount Ama Dablam, Nepal

Prendre ou non un guide ou un porteur?

Il n’y a vraiment pas de bonnes réponses à cette question. J’ai pour ma part choisi de partir en solo, avec environ 13 kg sur le dos (c’est lourd la caméra et les lentilles). Le faire de façon autonome m’a apporté un grand sentiment d’accomplissement, et de liberté.

Mais je dirais que j’étais dans des conditions idéales pour ça. Je m’étais entraîné, et je marchais dans une région où il est à peu près impossible de perdre son chemin, puisque je remontais la rivière Dhudh Kosi jusqu’à sa source. Et je n’ai franchi aucune passe, ce qui aurait nécessité un sens de l’orientation beaucoup plus aiguisé. Un des randonneurs que j’ai côtoyé a par exemple failli se perdre en franchissant la passe de Cho La.

Donc si vous souhaitez traverser des passes, allégez votre effort, ou tout simplement en apprendre plus sur la culture locale, choisir un guide ou un porteur peut s’avérer une option très judicieuse. Et en plus, ce n’est vraiment pas très cher, surtout comparé à d’autres régions : un guide coûte environ 25$US par jour, et un porteur 15$US. Un guide parlera anglais, mais ne vous attendez pas à ce qu’il trimballe vos bagages, à moins que ce ne soit un guide-porteur. C’est l’inverse pour les porteurs : très peu maîtrisent l’anglais, et ils connaissent généralement moins bien le terrain.

La majorité des gens organisent leur excursion à partir de Katmandou, mais il est également possible de trouver des guides et porteurs sur place à Lukla et à Pokhara, les deux pôles principaux de la rando au Népal.

Porteurs, Himalaya, Népal / Porters, Himalaya, Nepal
Porteurs, Tengboche, Népal / Porters, Tengboche, Nepal

Composer avec l’altitude

La majorité des gens autour de moi n’ont jamais été en altitude, et ce n’est pas si facile d’en décrire les effets sur l’organisme à une personne qui n’a jamais vécu ça.

Ils commencent généralement à se faire sentir entre 2500 et 3000m d’altitude. Vous aurez le souffle plus court, un peu moins d’énergie au début, et ça aura peut-être un impact sur la qualité de votre sommeil. Plusieurs souffrent également de maux de tête. Il n’y a vraiment qu’une seule chose qui peut vous aider : prendre votre temps. Ne vous surtaxez pas, et laissez la chance à votre organisme de s’acclimater en produisant plus de globules rouges.

Vous ne devriez pas dormir à 500m d’altitude de plus que la veille, puisque c’est pas mal la limite que votre corps pourra gérer. C’est souvent ce qui fait en sorte que les expéditions sont beaucoup plus longues à l’aller qu’au retour au Népal, car on ne peut pas monter trop vite. Suivez les durées suggérées des principaux treks dans les guides, qui incluent généralement des journées d’acclimatation.

Randonnée, Namche Bazaar, Népal / Hiking, Namche Bazaar, Nepal
Randonnée vers Gokyo, Népal / Hiking to Gokyo, Nepal

Si tout va bien, vous constaterez à quel point le corps s’adapte bien. Par contre, si vous avez des maux de tête persistants, arrêtez immédiatement de grimper, et redescendez de quelques centaines de mètres. Dans la majorité des cas, ça permet de revenir à la normale. Consultez un médecin si les symptômes ne cessent pas.

Je vous suggère également de vous faire prescrire un médicament pour mieux vivre ce phénomène (de type Diamox), ça aide quand même, surtout au début. Pour lire d’autres conseils de ma part sur la randonnée en altitude, je vous invite à jeter un œil à cet article.

Coucher de soleil, Himalaya, Népal / Sunset, Himalaya, Nepal

Les grandes régions du Népal et comment s’y rendre

Le Népal a beau être un petit pays (presque 4 fois plus petit que la France), il contient néanmoins plusieurs régions incroyables pour la randonnée, dont deux sont très connues.

La région de l’Everest

Ai-je vraiment besoin de présenter l’Everest? Elle est la plus haute montagne du monde et évidemment la plus connue du coin, mais vous pourrez aussi voir 4 des 6 plus hauts sommets de la terre dans le parc national Sagarmatha, le nom népalais de l’Everest.

C’est une région qui offre de multiples possibilités d’expéditions de longue durée. Il y a notamment celui du Camp de base de l’Everest (16 jours), celui vers les sublimes lacs turquoise de Gokyo (12 jours), ainsi que le trek des 3 passes qui combine le meilleur des deux précédents, et ce en 3 semaines.

La vue sur le Mont Everest depuis Tengboche, Chorten, Népal / Mount Everest view from Tengboche, Chorten, Nepal
Le mont Everest, situé au tiers gauche de la photo

Même si le parc n’est qu’à environ 150 km à l’est de Katmandou, il est impossible d’y accéder par la route. Vous avez donc deux choix qui s’offrent à vous. Vous pouvez faire le chemin en autobus de Katmandou à Shivalaya, et ensuite marcher 6 jours pour arriver à Lukla, la porte d’entrée de la région.

Sinon vous pouvez aussi faire comme l’écrasante majorité des gens (dont moi), et prendre l’avion jusqu’à Lukla, où vous atterrirez sur une piste perchée juste en haut d’une énorme falaise.

Prévoyez au minimum une journée en extra, puisque les vols pour Lukla sont très souvent reportés au lendemain. Je vous dirais que l’endroit est parfait si vous disposez d’au moins 2 semaines, car cela vous permettra de faire le trek de Gokyo. Si vous n’avez pas ce temps, pensez plutôt à la région suivante.

Vol d'avion vers Lukla, Himalayas, Népal / Flight to Lukla, Himalayas, Nepal
Mont Ama Dablam, Népal / Mount Ama Dablam, Nepal

Les Annapurnas

Les Annapurnas sont la région la plus populaire, encore plus que celle de l’Everest. Les montagnes y sont presque aussi hautes, avec les sommets de Dhaulagiri 1 et Annapurna 1 qui culminent à plus de 8000m. On peut y faire des treks de longueurs variées, les plus réputés étant le tour des Annapurnas (12 à 18 jours), et celui nommé Sanctuaire des Annapurnas (10 jours).

La porte d’entrée de la région est la ville de Pokhara, une assez grande agglomération de plus de 280 000 habitants. Elle est accessible en autobus depuis Katmandou, en effectuant un trajet de 6 à 8 heures. Il existe également des vols, mais considérant la fiabilité pas toujours exemplaire des compagnies aériennes népalaises (lire ici : elles sont toujours en retard), je vous conseille sincèrement davantage le bus.

Hors des sentiers battus

Si vous voulez être vraiment seul, vous pouvez opter pour les régions du Mustang, de Manaslu ou du sauvage Dolpo. Faites bien vos recherches par contre, car certaines d’entre elles nécessitent des permis spéciaux qui ne peuvent être délivrés sur place.

Drapeaux de prière népalais, Népal / Nepali prayers flags, Nepal

Le meilleur moment pour la randonnée au Népal

Il y a 2 grandes périodes optimales pour la randonnée au Népal. La saison sèche en octobre-novembre est la plus recommandée, mais aussi la plus achalandée. Et l’on comprend vite pourquoi : en 2 semaines de trek en novembre, je n’ai pas vu une seule goutte de pluie, et il faisait généralement un temps splendide et très sec.

Le deuxième bon moment est au printemps, de la mi-mars jusqu’à la mi-mai environ. Vous apercevrez peut-être quelques nuages de plus qu’à l’automne, mais vous aurez droit à une nature en pleine floraison.

L’été correspond à la saison de la mousson au Népal, et disons que vous ne voudrez certainement pas monter des montagnes couvertes de torrents de boue. Les mois de décembre à février peuvent être acceptables pour les régions plus basses, mais les hautes passes sont presque toutes bloquées par la neige à ce moment de l’année.

Randonnée vers Gokyo, Népal / Hiking to Gokyo, Nepal
Village, Gokyo, Népal / Village, Gokyo, Nepal

Les particularités de la randonnée au Népal

Le Teahouse trek

L’aspect le plus fantastique de la randonnée au Népal est le principe du teahouse trek. Qu’est-ce que c’est? Ça veut dire que vous irez de village en village et dormirez dans des petits gîtes rustiques qui fournissent un lit, des couvertures et les repas. Vous n’aurez donc pas à traîner avec vous une tonne de matériel et de nourriture. Et j’ai même été étonné d’avoir du wifi presque tous les jours lors de mon expédition jusqu’à Gokyo.

La formule est généralement toujours la même : le coût pour y dormir est ridiculement faible (de rien du tout à quelques dollars), mais vous devrez prendre votre repas du soir et du matin dans le gîte choisi. C’est donc avec la bouffe qu’ils se reprennent. Et attendez-vous à vous faire chicaner si jamais vous allez manger ailleurs! Une journée moyenne incluant hébergement et nourriture revient à environ 25$US, ce qui est très abordable.

Chambre pour randonneurs, Népal / Teahouse trek room, Nepal
Chambres, Namche Bazaar, Népal / Teahouses, Namche Bazaar, Nepal

La rando en solo

Ce n’est normalement pas une très bonne idée de faire de la randonnée en solitaire, mais cette règle s’applique beaucoup moins dans la région de l’Everest et des Annapurnas. Comme ce sont des régions très fréquentées et que tout le monde passe par les mêmes chemins, il y aura toujours quelqu’un près de vous pour vous porter secours, ou tout simplement pour vous tenir compagnie.

Je suis pour ma part parti en solo, mais après quelques jours j’ai fait la connaissance d’un Australien et un Américain, avec qui j’ai marché plus d’une semaine jusqu’à Gokyo. Si vous êtes donc un brin sociable, vous rencontrerez sûrement des gens extraordinaires vous aussi. Si par contre la perspective de randonner seul vous freine ou vous inquiète, vous pourrez facilement joindre un groupe organisé à Katmandou.

Hugh, Randonnée, Népal / Hugh, Hiking, Nepal
Hugh
Oliver, Randonnée, Népal / Oliver, Hiking, Nepal
Oliver

La nourriture

Le plat le plus commun dans les teahouses est le dal bhat : une robuste assiette qui inclut du riz, des légumes et un cari. Et si les heures de marche vous ont vraiment creusé l’appétit, sachez que vous aurez la possibilité de vous resservir.

L’autre grande spécialité népalaise est le momo, un dumping rempli d’un cari bien savoureux, à essayer absolument. Évitez autant que possible la viande rouge : les gîtes n’ont en général pas de réfrigérateur, et vous pourriez tomber sur de la chair pas très fraîche.

Dal Bhat, Népal / Dal Bhat, Nepal
Repas, Gokyo, Népal / Food, Gokyo, Nepal

Les yaks

En entendant pour la première fois le son de la clochette accrochée au cou des yaks, je me suis instantanément senti transposé dans l’univers mythique du film 7 ans au Tibet. Vous en croiserez des dizaines en marchant, car ce sont eux qui transportent la majorité des denrées que vous consommerez durant votre trajet.

Il y a deux règles d’or concernant les yaks : lorsque vous en croisez un, mettez-vous toujours du côté montagne et non pas du côté vallée, puisqu’ils pourraient vous pousser en bas dans les chemins les plus escarpés. Deuxièmement, n’allez pas sur les ponts suspendus quand ils les traversent, car les yaks sont programmés pour avancer et ils peuvent pousser tout ce qui se trouve sur leur trajet.

N’allez pas croire cependant qu’ils sont méchants, ils ont juste une mauvaise vue, et pleins de gros paniers sur le dos. Alors laissez-leur la place, et tout ira bien.

Yak, Pont suspendu, Randonnée Gokyo, Népal / Yak, Suspended bridge, Gokyo hiking, Nepal
Yak, Randonnée, Népal / Yak, Hiking, Nepal

Quoi apporter en randonnée au Népal

Un foulard (buff)

Je commence par ça, parce que c’est quelque chose que j’aurais vraiment voulu avoir. Il faut savoir que le Népal peut être très sec, et que la poussière omniprésente sur les sentiers peut être difficile pour vos bronches. Prévoyez donc un foulard léger, qui aidera à filtrer et humidifier l’air ambiant. Par contre, il vous faudra apprendre à vivre avec la perpétuelle fumée dans les lodges, chauffés par des poêles qui brûlent des bouses séchées de yaks.

Pollution, Randonnée, Gokyo, Népal / Pollution, Hiking, Gokyo, Nepal

Un système de filtration d’eau

Les cours d’eau descendant des montagnes ne manquent vraiment pas au Népal, et ils sont souvent d’allure limpide. Le hic, c’est qu’un yak ou une chèvre pourraient avoir eu la bonne idée de se laisser aller juste en amont de l’endroit où vous vous apprêtez à puiser de l’eau.

Prévoyez donc un système de filtration et une gourde d’au moins 1,5l, car ça donne soif l’altitude. J’ai pour ma part utilisé un appareil avec des filtres, mais les comprimés de purification et les systèmes de traitement par UV fonctionnent aussi très bien.

Randonneurs, Dudh Kosi, Népal / Hikers, Dudh Kosi water, Nepal

Pas trop de piles à recharger

La majorité des lodges offrent de recharger vos batteries et vos cellulaires, mais comme l’électricité provient de capteurs solaires cela peut prendre presque une journée entière, surtout si tout le monde dans le gîte a eu la même idée que vous. Essayez donc de ménager vos piles, et si possible d’en apporter en double. Et si vous voulez en prolonger la durée, glissez-les près de vous dans votre sac de couchage avant de dormir, ça les protégera du froid intense des nuits dans les montagnes.

Quelques rouleaux de papier de toilette en extra

Ça a l’air un peu con, mais le coût d’un rouleau de papier de toilette augmente proportionnellement avec l’altitude, jusqu’à atteindre le prix d’un dal bhat! Soyez donc prévoyant, ça ne pèse presque rien.

Également à ne pas oublier

  • Des bottes de randonnée solides et confortables. Vérifiez vos lacets avant de partir.
  • Des bons bas, préférablement en laine de mérinos.
  • Des pansements pour les ampoules.
  • Des médicaments pour les maux de tête et la diarrhée.
  • Un sac de couchage assez chaud. Votre gîte vous fournira une couette en plus.
  • Des barres de granola ou de chocolat pour vous donner de l’énergie.
  • Des pilules contre le mal des montagnes (de type Diamox)

 

Si vous vous êtes rendus jusqu’ici, vous voilà donc prêts pour réaliser le voyage d’une vie. Namasté!

Coucher de soleil, Dole, Népal / Sunset, Dole, Nepal

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Épinglez cet article sur Pinterest

Trekking en solo au Népal, Monsieur+Madame Explore, Blogue de voyage, Népal / Solo trekking in Nepal, Nepal

Partagez cet article

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *