Panorama, Gokyo, Népal / Panorama, Gokyo, Nepal
Village de Gokyo, Népal / Gokyo village, Nepal

Randonnée vers les lacs turquoise de Gokyo

Par Steve

C’est rare qu’on se souvienne du moment précis où l’on a décidé d’aller quelque part. C’est habituellement un processus un peu flou, on est influencé par plusieurs photos, ce qu’on a lu dans un magazine, vu sur Instagram, etc.

Je feuilletais des guides de voyage dans une librairie, quand je suis tombé sur un guide de trekking au Népal, et sur la couverture on pouvait voir une photo des lacs turquoise de Gokyo. Ce fût le coup de foudre im-mé-di-at! Moins de 8 mois plus tard, j’atterrissais à Katmandou avec la ferme intention de voir ce paysage si beau qu’il me paraissait presque irréel.

Je ne pense pas qu’on puisse dire qu’on fait un voyage à Gokyo. C’est une expérience, quelque chose de beaucoup plus grand qu’un simple voyage. Et beaucoup plus exigeant, il va sans dire. Mais si vous êtes bien préparé, vous vivrez des moments inoubliables en marchant parmi les plus hauts sommets népalais.

Vous trouverez plus d’infos techniques pour planifier votre séjour dans mon article sur la randonnée en solo au Népal. J’y explique entre autres le concept de teahouse trek, comment composer avec l’altitude, si vous devez prendre un guide ou un porteur, et quoi amener pour ce voyage un peu hors-norme.

Ici, je vous raconte le récit de mes journées de hike à Gokyo. Si vous lisez celui-ci jusqu’à la fin, vous constaterez que mon périple a été mémorable… et pas que pour de bonnes raisons. Alors, attachez vos bottes de randonnée, partons en route vers Gokyo.

Lac, Gokyo, Népal / Lake, Gokyo, Nepal

Un brin d’informations

Bon, ça fait déjà 4 fois que vous lisez le mot Gokyo, et vous vous demandez peut-être ce que c’est exactement. Il s’agit d’une région célèbre pour ses 5 lacs, située dans le parc national de Sagarmatha au Népal. Pour atteindre le village de Gokyo à 4750m d’altitude, vous devrez suivre un cours d’eau, le Dudh Kosi.

La vallée d’à côté vous dira peut-être quelque chose : elle mène jusqu’au camp de base du mont Everest. Et oui, il n’y a que 23 km à vol d’oiseau entre Gokyo et la plus haute montagne du monde. Vous pourrez d’ailleurs l’admirer en montant Gokyo Ri, le mont qui surplombe le village avec ses 5357m d’altitude. De là-haut, vous aurez en fait la chance de voir 4 des 6 sommets les plus élevés sur terre. Assez difficile à battre ça.

Lever de soleil, Glacier Ngozumpa, Gokyo, Népal / Sunrise, Ngozumpa glacier, Gokyo, Nepal

Pourquoi choisir Gokyo plutôt que le trek vers le camp de base de l’Everest

C’est le temps qui a été un facteur décisif pour moi. En partant de Lukla, on peut faire le trek jusqu’à Gokyo et en revenir en 12 jours de marche. Pour se rendre au camp de base de l’Everest, il vous faudra au moins 4 jours de plus, ce que je ne pouvais malheureusement pas me permettre à l’époque. Et les lacs turquoise me faisaient plus saliver que la perspective de voir l’Everest, que j’allais quand même pouvoir apercevoir, mais d’un peu plus loin.

Si vous avez du temps, je vous recommande de faire le trek des Trois Passes. Il vous donnera l’occasion de visiter les deux régions en 20 jours, en passant d’abord par la vallée menant à l’Everest, puis à celle de Gokyo, puis à sa voisine d’à côté. Un périple que je compte bien faire un jour.

Le meilleur moment pour la randonnée vers Gokyo

Il y a 2 grandes périodes optimales pour visiter la région. La saison sèche en octobre-novembre est la plus recommandée, mais aussi la plus achalandée. Et l’on comprend vite pourquoi : en 2 semaines de trek en novembre, je n’ai pas vu une seule goutte de pluie, et il faisait généralement un temps splendide et très sec. Les matins étaient toujours impeccables, et les nuages n’arrivaient que sur l’heure du midi (quand il y en avait).

Le deuxième bon moment est au printemps, de la mi-mars jusqu’à la mi-mai. Vous verrez peut-être quelques nuages de plus qu’à l’automne, mais vous aurez droit à une nature en pleine floraison.

L’été correspond à la saison de la mousson au Népal, et disons que vous ne voudrez certainement pas monter des montagnes couvertes de torrents de boue. De décembre au début mars, les habitants de Gokyo redescendent la vallée pour éviter les froids glacials de l’hiver.

Randonnée Gokyo, Second lac, Népal / Gokyo hiking, Second lake, Nepal
Feu du matin, Tengboche, Népal / Morning fire, Tengboche, Nepal

Comment y aller

Même si la région n’est qu’à environ 150 km à l’est de Katmandou, il est impossible d’y accéder par la route. Il y a donc deux options qui s’offrent à vous.

Vous pouvez faire le chemin en autobus de Katmandou à Shivalaya, et ensuite marcher 6 jours pour arriver à Lukla, la porte d’entrée de la région.

Sinon vous pouvez faire comme l’écrasante majorité des gens (dont moi), et prendre un vol jusqu’à Lukla, où commencera votre randonnée. Avis aux cœurs sensibles : l’aéroport de Lukla est considéré comme l’un des plus dangereux du monde. Sa petite piste d’atterrissage surplombe une vertigineuse falaise, et les pilotes doivent l’approcher en contournant des montagnes jusqu’au dernier moment.

Si ça peut vous rassurer, je ne suis vraiment pas le plus brave en avion, mais tout a bien été, même l’atterrissage qui fut assez doux. Par contre, prévoyez au moins une journée d’extra dans votre calendrier, car les vols pour Lukla sont très souvent reportés au lendemain, à cause des conditions météo.

C’est d’ailleurs ce qui m’est arrivé : le matin de mon départ initial, des nuages recouvraient la piste. J’ai dû attendre plusieurs heures à l’aéroport, avant de me faire dire qu’aucun avion ne décollerait ce jour-là. Heureusement, le matin suivant fut le bon.

Avion, Aéroport de Lukla, Népal / Airplane, Lukla airport, Nepal
Aéroport de Lukla, Népal / Lukla airport, Nepal

Itinéraire vers Gokyo : le récit de mes journées

Jour 1

Vol de Katmandou à Lukla (2860m), puis marche jusqu’à Phakding (2610m)
Durée : Environ 3h

La première journée de ce périple commence habituellement très tôt, les vols pour Lukla partant généralement le matin, car les conditions sont plus favorables. Le trajet dure environ 30 minutes, et vous serez ébahi en apercevant les neiges éternelles de l’Himalaya.

L’aéroport de Lukla est vraiment minuscule, et c’est avec soulagement que vous y atterrirez. Si vous avez prévu d’être accompagné par un guide et/ou un porteur, il vous attendra sûrement à la sortie du bâtiment. Lukla est définitivement la porte d’entrée de la région, et un endroit parfait pour acheter de la nourriture ou quelques articles pour bien débuter votre expédition.

Vol d'avion vers Lukla, Himalayas, Népal / Flight to Lukla, Himalayas, Nepal

Cette première journée de randonnée est relativement facile. Puisque Lukla est à 2860m, on ne ressent pas trop les effets de l’altitude, et la majorité du chemin descend légèrement. Après avoir traversé le village, mettez le cap vers le nord. Impossible de se perdre, le chemin est large et très clair, et de nombreuses enseignes vous indiqueront la route à suivre. Si ça peut vous rassurer, téléchargez la carte du trek dans une application, comme AllTrails par exemple.

N’oubliez pas également d’y acheter votre permis de randonnée, il est obligatoire pour pouvoir accéder au parc national de Sagarmatha, et vous croiserez pendant le trek quelques postes de contrôle.

En chemin, vous apercevrez vos premiers temples bouddhistes, et d’étranges rochers peints en noir et blanc, typiques de la région. Après une bonne heure, vous entendrez un cours d’eau qui gronde en contrebas. C’est le Dudh Kosi, que vous suivrez jusqu’à Gokyo. 2 heures plus tard, vous arriverez à Phakding, un petit village où vous trouverez des teahouses (gîtes) pour vous restaurer et passer la nuit.

S’il vous reste de l’énergie en arrivant à Phakding, je vous conseille de poursuivre votre route une heure de plus, jusqu’à Monjo. Ça allégera votre deuxième journée, et en dormant un peu plus haut (2835m), ça vous aidera à vous acclimater.

Phakding, Randonnée Gokyo, Népal / Phakding, Gokyo hiking, Nepal
Roches bouddhistes, Népal / Buddhist rocks, Nepal

Jour 2

De Phakding (2610m) à Namche Bazaar (3440m)
Durée : environ 6h

C’est probablement la journée la plus difficile de tout le trek, à la fois la plus longue et celle où vous grimperez le plus. Vous continuez à suivre le Dudh Kosi vers le nord, en le traversant à quelques reprises sur des ponts suspendus. J’avoue que j’appréhendais un peu ceux-ci, car j’imaginais de vieux trucs rafistolés pas très solides. Et bien non, la majorité sont récents et ont été faits en Suisse. La seule chose dont il faut se méfier sur les ponts, c’est les yaks. Laissez-leur toute la place, ces animaux ont une mauvaise vue et sont programmés pour avancer sans se soucier de vous.

Vous passerez par le hameau de Monjo, et après quelques heures vous commencerez à sentir les effets de l’altitude sur le paysage : la végétation luxuriante de Lukla cédant la place à des espèces plus robustes. Entre Monjo et Jorsale, vous traverserez la rivière sur un pont suspendu à plus de 50m en haut du Dudh Kosi. Disons qu’on ne s’attarde pas trop sur celui-là, il est un peu épeurant quand on a le vertige.

Jorsale (2830m) est un bon endroit pour reprendre des forces, avant de débuter l’ascension vers Namche Bazar, situé 600m plus haut. On peut dire que c’est pour des moments comme celui-ci que je vous recommande de vous entraîner avant le trek.

Après quelques heures passées à suer en montant des sentiers en lacets, vous arriverez enfin à Namche Bazaar, où vous aurez droit à une journée de repos bien méritée.

Pont double suspendu, Namche, Népal / Double suspended bridge, Namche, Nepal
Yak, Pont suspendu, Randonnée Gokyo, Népal / Yak, Suspended bridge, Gokyo hiking, Nepal

Jour 3

Acclimatation à Namche Bazar (3440m)

Namche est le plus grand village de la région, et c’est une véritable ruche remplie de randonneurs. C’est l’endroit parfait pour faire des provisions, boire un espresso accompagné d’une tarte aux pommes, ou compléter votre équipement en achetant des mitaines ou un foulard.

Pour beaucoup de personnes, c’est l’occasion de s’offrir une bonne douche chaude pour une dernière fois avant un long moment. Car même si de nombreux gîtes jusqu’à Gokyo vous proposent de payer pour se doucher, la majorité des gens ne le font pas, parce qu’il fait trop froid et qu’on ne sue pas tant que ça.

La tentation peut être grande de ne pas prendre cette journée d’acclimatation et de tout simplement continuer son chemin. Mais de grâce, écoutez cette consigne, ça vous aidera pour le reste du trek. Et ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas marcher dans les environs. Au contraire, il est conseillé de bouger, mais de revenir dormir à Namche. En vous promenant alentour, vous faciliterez votre acclimatation, et vous aurez droit à des points de vue superbes.

Lever de soleil, Namche Bazaar, Népal / Sunrise, Namche Bazaar, Nepal

Journée optionnelle

Détour par Tengboche (3860m)
Durée : 4 à 5h

N’ayant pas le temps de me rendre jusqu’au camp de base de l’Everest, je voulais quand même atteindre Tengboche, où se situe le monastère le plus célèbre de la région. C’est une excursion supplémentaire que j’ai vraiment adorée, et qui ne rajoute qu’une journée à votre itinéraire.

À partir de Namche, il existe plusieurs sentiers pour aller jusqu’à Tengboche. Je vous conseille de prendre celui qui monte derrière le musée de la culture sherpa à Namche, vous ne le regretterez pas.

Après une bonne ascension de quelques centaines de marches, le chemin devient plat et vous aurez une vue splendide sur de nombreux sommets enneigés. Arrêtez-vous au chhorten (stupa bouddhiste) : c’est là que vous apercevrez le mont Everest pour la première fois, même s’il n’est pas si évident à distinguer.

N.B. Si vous suivez la route traditionnelle vers Gokyo, la randonnée jusqu’à ce point peut être une excellente marche d’acclimatation pour le jour 3.

Mont Everest, Chorten, Népal / Mount Everest, Chorten , Nepal
Le mont Everest, situé au tiers gauche de la photo

Le trajet continue ensuite jusqu’au hameau de Sanasa, où vous pourrez savourer un café. C’est ici que le sentier se sépare en deux : vers le nord pour Phortse sur le chemin de Gokyo, et vers l’ouest pour Tengboche, via le hameau de Phungi Thenga un peu plus bas. C’est un endroit parfait où se restaurer et reprendre des forces, tout en écoutant le torrent de la rivière.

Vous aurez besoin d’énergie pour remonter jusqu’à Tengboche, situé 600m plus haut. Il vous faudra environ 2 heures de montée ardue à travers les forêts de pin pour enfin atteindre ce village, où vous passerez la nuit. Comme vous aurez assurément un petit (ou grand) creux en arrivant à Tengboche, je vous suggère la Tengboche Bakery, leurs brioches à la cannelle sauront vous redonner des forces.

La ville est célèbre pour son monastère, le plus actif de la région, que je vous conseille fortement de visiter. L’architecture est superbe à l’intérieur. Dehors, vous remarquerez un sommet en forme de triangle, Ama Dablam (6812m), qui est selon moi la plus belle montagne du coin. S’il vous reste de l’énergie, vous pouvez monter un peu derrière le village, le panorama est splendide.

Le lendemain, vous aurez deux choix pour retrouver le chemin de Gokyo. L’option longue mais facile est de retourner sur vos pas jusqu’à Sanasa, et ensuite de poursuivre jusqu’à Phortse Thenga. Vous pouvez aussi prendre le raccourci vers le nord en descendant jusqu’à la rivière Imja Khola, et remonter jusqu’à Phortse. Phortse et Phortse Thenga sont des hameaux jumeaux situés un en face de l’autre sur le Dudh Kosi.

Monastère, Tengboche, Népal / Monastery, Tengboche, Nepal
Détails du monastère, Tengboche, Népal / Monastery details, Tengboche, Nepal
Ama Dablam, Népal / Ama Dablam, Nepal

Jour 4

De Namche Bazaar (3440m) à Phortse (3680m)
Durée : environ 3h

Même si vous ne faites pas le détour par Tengboche, le chemin est le même pour la première partie jusqu’à Sanasa, en montant derrière le musée de la culture Sherpa à Namche. Vous aurez donc droit vous aussi à une vue sur le mythique mont Everest.

La route se sépare en deux à Sanasa. La direction pour Gokyo sera clairement indiquée et vous remarquerez la rivière se diviser en deux. C’est la branche du Dudh Kosi, que vous suivrez jusqu’à Gokyo. Vous devriez atteindre Phortse Thenga après 2 heures et demie de randonnée.

Puisqu’il s’agit d’une petite journée de marche, je vous conseille de traverser la rivière et de dormir à Phortse plutôt qu’à Phortse Thenga comme le suggère la majorité des guides. Phortse est un vrai village où vous pourrez vous promener et observer les gens. L’endroit est moins fréquenté, et nous étions seuls dans notre minuscule lodge. Notre hôte nous a même invités dans sa cuisine pour déjeuner.

Nous avons également eu la chance d’assister à une célébration dans le monastère du village, une occasion unique de s’imprégner de la culture bouddhiste népalaise. On nous a offert du thé, et je suis resté là une bonne heure à écouter les chants traditionnels.

Hameau de Phortse, Népal / Phortse hamlet, Nepal
Cérémonie bouddhiste, Phortse, Népal / Buddhist ceremony, Phortse, Nepal

Jour 5

De Phortse (3680m) à Dole (4090m)
Durée : 2h

Puisque c’est une très courte journée de marche, je vous recommande de prendre votre temps à Phortse. Près de la rivière, il n’est pas rare de pouvoir admirer des faisans monal, un oiseau aussi farouche que coloré, qui aime picorer dans les champs en terrasses. Si vous êtes chanceux (comme je l’ai été), vous aurez peut-être l’occasion de voir en plus un cerf musqué. Cette espèce typique de la région est reconnaissable par les incisives qui dépassent de sa bouche.

Faisan himalayen, Népal / Himalayan pheasant, Nepal
Cerf musqué, Népal / Musk deer, Nepal

La route vers Dole est assez simple : vous retraverserez la rivière, avant de mettre le cap vers le nord. L’ascension est assez constante mais pas trop exigeante, et en moins de 2 heures vous arriverez à Dole, un petit hameau où se trouve un bon choix de gîtes.

Encore une fois, ne cédez pas à la tentation de continuer pour atteindre plus vite Gokyo. Vous êtes déjà monté de 400m, et il n’est vraiment pas recommandé de gagner plus de 500m d’altitude par jour. Vous passerez sûrement la fin de l’après-midi dans votre teahouse, mais jetez un œil dehors de temps en temps, sinon vous pourriez rater un beau coucher de soleil.

Coucher de soleil, Dole, Népal / Sunset, Dole, Nepal

Jour 6

De Dole (4090m) à Machermo (4410m)
Durée : moins de 2h

Cette journée, pas la plus trépidante du trek il faut se le dire, vous apparaîtra un peu comme un copié-collé de celle d’avant. En quittant Dole, il y a tout de suite une bonne montée. Rendu en haut, prenez le temps de souffler. Et n’oubliez pas de vous retourner, la vue sur Dole est superbe le matin.

Lever de soleil, Dole, Randonnée Gokyo, Népal / Sunrise, Dole, Gokyo hiking, Nepal

En marchant vers Machermo, vous croiserez les hameaux de Lhabarma et Luza. Le paysage devient de plus en plus aride, il n’y a plus d’arbres passé 4000m, et presque plus de champs cultivés. Après environ 90 minutes, vous serez arrivés à Machermo. Et oui, c’est déjà le temps de s’arrêter. Gokyo devra attendre à demain.

Jour 7

De Machermo (4410m) à Gokyo (4750m)
Durée : 3h et demie

Enfin la journée que vous attendiez depuis une semaine! Le dernier droit vers Gokyo est très agréable, et vous serez sûrement un peu euphorique en chemin. En quittant Machermo, vous apercevrez rapidement Cho Oyu directement au nord. Même si ce nom ne vous dit absolument rien, sachez qu’il s’agit de la sixième plus haute montagne au monde avec ses 8201m. Son sommet marque la frontière avec la province du Tibet en Chine.

Vous découvrirez ensuite sur votre droite l’énorme glacier Ngozumpa, le plus grand de toute la région. Il puise sa source à la cime du Cho Oyu, en passant par Gokyo. Après 2 heures environ, vous apercevrez le premier des 5 lacs de Gokyo, Longponga Tsho. Ce n’est pas le plus spectaculaire du groupe, mais il détonne dans un paysage aussi désertique.

Premier lac, Randonnée Gokyo, Népal / First lake, Dole, Gokyo hiking, Nepal

Un peu plus loin vous attend le deuxième lac, Taujung Tsho. Celui-là m’a tout particulièrement épaté avec son eau turquoise et cristalline. Prenez le temps de l’admirer, il en vaut vraiment la peine.

Deuxième lac, Randonnée Gokyo, Népal / Second lake, Dole, Gokyo hiking, Nepal

À peine 20 minutes plus tard, vous atteindrez les berges du 3e lac, Dudh Pokhari, et vous apercevrez enfin Gokyo coincé entre le lac et le glacier Ngozumpa. J’espère que vous serez alors comme moi envahi d’un grand sentiment d’accomplissement. C’est une sensation assez incroyable et incomparable. Vous venez de marcher 45km (plus si vous êtes passés par Tengboche), mais surtout de monter quelques milliers de mètres. Vous pouvez tout spécialement être fier de vous.

Gokyo étant plus développé que les hameaux précédents, vous aurez donc le choix entre plus d’une quinzaine de teahouses pour y séjourner quelques jours. Il y a une bonne différence entre leurs divers niveaux de confort et de nourriture, alors ça vaut la peine de prendre son temps et de ne pas se jeter sur le premier venu. J’étais pour ma part au Lake Side Lodge and Restaurant, assez rustique mais chaleureux. Disons simplement qu’il ne gagnera pas de prix culinaire.

Village de Gokyo, Népal / Gokyo village, Nepal

Jour 8

Gokyo

Je vous conseille de rester au moins 2 jours et 3 nuits à Gokyo, il y a beaucoup à voir dans les environs. Comme la montée de Gokyo Ri demande énormément d’effort, c’est une bonne idée de commencer avec une première journée plus tranquille, consacrée à l’exploration des alentours.

Difficile de ne pas être envoûté par le Dudh Pokhari, surtout tôt le matin quand il est à son meilleur. Un des plus beaux lacs que j’ai jamais vus, et certainement celui pour lequel j’ai le plus travaillé! Prenez le temps de vous promener autour, c’est une balade fort agréable avec de superbes points de vue.

Village de Gokyo, Népal / Gokyo village, Nepal

Pour apercevoir le glacier Ngozumpa, vous devrez remonter la petite crête qui surplombe le village. Si elle n’était pas présente, le glacier se déverserait jusqu’au lac, peut-être même plus loin, alors on lui doit une fière chandelle à cette crête.

Un de mes moments préférés à Gokyo a été de simplement m’installer là, et de regarder le glacier et ses « lacs » congelés. On pouvait entendre le craquement de la glace, qui lentement mais sûrement descend vers la vallée.

Si la météo est clémente, votre journée se terminera en admirant les derniers rayons de soleil illuminer le sommet de Cho Oyu.

Glacier Ngozumpa, Gokyo, Népal / Ngozumpa glacier, Gokyo, Nepal
Montagne Cho Oyu, Népal / Mount Cho Oyu, Nepal

Jour 9

Gokyo Ri

Comme vous voilà bien acclimaté, c’est le moment de vous attaquer à Gokyo Ri, le mont qui surplombe Gokyo. Prenez un solide déjeuner et des collations, car la pente est très abrupte : vous devrez grimper de 600m pour atteindre le sommet de Gokyo Ri, qui culmine à 5360m. Ce n’est vraiment pas une mince tâche à cette altitude.

En partant du village, vous n’aurez aucune difficulté à trouver le sentier qui vous amènera jusqu’en haut : il est tellement bien battu, qu’on peut le remarquer dans la vue satellite de Google Maps. La montée est ardue et constante, mais vous aurez droit à un panorama dément rendu au sommet.

Lac, Gokyo Ri, Népal / Lake, Gokyo Ri, Nepal

En plus des 3 premiers lacs et du glacier Ngozumpa, vous verrez Cho Oyu, le mont Everest, Lhotse et Makalu, soit 4 des 6 plus hautes montagnes du monde. Il est recommandé de faire ce trek le matin, puisque souvent les nuages arrivent en fin d’avant-midi dans la région.

Si vous avez plus de temps, il est également possible de consacrer une journée supplémentaire à l’exploration des 4e et 5e lacs, en direction du Cho Oyu. Pour les atteindre, il suffit de suivre le sentier qui contourne Gokyo Ri. Vous devriez arriver au 4e lac, Thonak Tsho, après environ 45 minutes. Le 5e, Ngozumba Tsho, est situé un autre 45 minutes plus loin.

Vue de Gokyo depuis Gokyo Ri, Népal / Gokyo view from Gokyo Ri, Nepal

Jour 10

Gokyo (4750m) à Phortse Thenga (3680m)
Durée : 6 à 7h

C’est déjà le temps de dire au revoir à Gokyo, et de retourner jusqu’à Lukla. Il ne vous faudra que 3 jours pour parcourir les 45 km qui vous en séparent, puisque vous n’avez pas besoin de vous acclimater lorsque vous redescendez.

La majorité des gens reviennent simplement sur leurs pas, mais il est également possible de descendre par l’autre côté de la vallée, en franchissant ce qui est le début du Dudh Kosi à Pangka, un petit hameau situé au nord de Machermo.

En marchant, vous sentirez vite que vous perdez de l’altitude et qu’il y a plus d’oxygène dans l’air, ce qui compensera pour l’effort soutenu que vous demandez à vos genoux. Vous repasserez donc par Machermo, puis vous atteindrez Dole, un bon endroit pour luncher. Deux heures plus tard, et vous voilà déjà à Phortse Thenga où vous séjournerez pour la nuit.

Randonnée vers Gokyo, Népal / Hiking to Gokyo, Nepal
Randonnée vers Gokyo, Népal / Hiking to Gokyo, Nepal

Jour 11

Phortse Thenga (3680m) à Namche Bazaar (3440m)
Durée : environ 4h

Une petite journée : après deux heures de randonnée, vous arriverez à Sanasa, où vous aurez quelques options pour rejoindre Namche Bazar. Parions que vous voudrez choisir la plus facile, qui passe par Kyangjuma, comme vous l’avez probablement fait à l’aller. Rendu au chhorten, prenez le temps de dire au revoir au mont Everest.

C’est sûrement avec un grand bonheur que vous atteindrez Namche Bazaar, qui donne vraiment le sentiment de revenir à la civilisation. Votre première douche en plus d’une semaine sera définitivement satisfaisante. Comme la journée de marche n’est pas très longue, vous aurez du temps pour aller déguster un café, une brioche à la cannelle, ou acheter un souvenir qui vous rappellera votre périple dans la région.

Matin, Namche Bazaar, Népal / Morning, Namche Bazaar, Nepal

Jour 12

Namche Bazaar (3440m) à Lukla (2860m)
Durée : 6 à 7h

L’ultime journée de cette randonnée. Prenez un instant pour contempler une dernière fois les sommets enneigés en quittant Namche. La descente est plutôt raide, jusqu’à ce que vous repassiez au-dessus du Dudh Kosi, sur les fameux ponts suspendus. Mais ça devient un peu moins intense par la suite.

Vous atteindrez les villages de Monjo et Phakding, où vous pourrez vous accorder une pause bien méritée pour manger. En chemin, vous sentirez sûrement le besoin d’enlever quelques vêtements, car la différence de température est remarquable.

Après deux heures de marche, vous retrouverez Lukla et sa végétation luxuriante. C’est également un bon endroit pour acheter des souvenirs. C’est pas mal la seule activité que vous pourrez y faire, en attendant de prendre votre vol de retour pour Katmandou le lendemain.

Pont, Dudh Kosi, Népal / Bridge, Dudh Kosi, Nepal
Sentier de Lukla, Népal / Lukla trail, Nepal

Mon expérience… marquante

Si vous êtes observateurs, vous aurez remarqué que je n’ai pas mis de photo de Gokyo Ri. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion d’en faire l’ascension, et d’admirer cette vue en plongée qui m’avait tant fait rêver. Voici pourquoi.

J’ai commencé à tousser et à me sentir un peu moins bien à partir de Dole. La combinaison du temps hyper sec, de la poussière sur le sentier et de la fumée dans les teahouses, a clairement affaibli mes bronches, moi qui suis habitué à l’air bien humide de Montréal. Contrairement à la plupart des gens, je ne portais pas de foulard en marchant, et je crois que ça m’aurait beaucoup aidé.

J’ai continué jusqu’à Gokyo, où l’adrénaline m’a permis d’arriver en assez bon état. Ma condition a toutefois empiré dans les deux jours qui ont suivi : les symptômes de ma bronchite sont devenus plus aigus, je devais me moucher sans arrêt, et je n’avais plus beaucoup d’appétit. Le manque d’oxygène a commencé à me donner le mal de l’altitude, et des maux de tête. J’ai pu me promener autour du village, mais le simple fait de monter jusqu’à la crête m’a demandé un grand effort physique.

Le 3e jour, on m’a amené rencontrer un infirmier qui m’a examiné. Pas de doute, je souffrais bien d’une bronchite, et c’est celle-ci qui a déclenché le mal de l’altitude. Mon taux de saturation d’oxygène dans le sang était à 75%, alors que normalement il est à 100%. Le comble a été quand j’ai remarqué que du pus passait par mes sinus, pour remonter jusqu’à un de mes yeux. Dé-gueu-las-se.

Le lendemain, en voyant que la situation ne s’améliorait clairement pas (on ne guérit pas de cette inflammation à cette altitude), j’ai dû me résoudre à faire ce qu’on me conseillait : me faire rapatrier en hélicoptère jusqu’à Katmandou. Je sais, ça peut paraître vraiment dramatique, mais en faisant ce trek vous remarquerez souvent des hélicoptères passer au-dessus de votre tête. Chacun d’entre eux redescend quelqu’un de malade.

Les gens de mon teahouse ont tout organisé, et j’ai été étonné d’entendre le son de l’hélico en moins d’une heure. J’ai à peine eu le temps de faire mes adieux à mes camarades de randonnée, que je décollais déjà. Au moins j’ai pu demander au pilote, assis juste à côté de moi, de me montrer un peu la vue.

Vue en hélicoptère sur Gokyo, Népal / Helicopter view over Gokyo, Nepal

En tout juste 20 minutes, j’étais redescendu à Lukla, où l’on a pris d’autres passagers. J’ai entretemps commencé à avoir très mal à l’oreille, donc je vous dirais que mon premier vol à vie en hélicoptère n’a vraiment pas été plaisant. On a ensuite mis le cap sur Katmandou, où j’ai atterri environ 45 minutes plus tard. Une ambulance m’attendait sur le tarmac, et m’a amené jusqu’à une clinique dédiée au traitement des randonneurs.

Tout était très professionnel, et l’on m’a donné des antibiotiques. En à peine deux heures, mon taux de saturation d’oxygène dans le sang était remonté à 98%. C’est fou comment le corps peut vite se reprendre en main.

Après avoir passé la nuit là, j’allais vraiment mieux, et j’ai eu mon congé de l’hôpital. Et Dieu merci, j’avais de bonnes assurances qui ont couvert l’ensemble des frais. Je suis demeuré un peu faible les jours suivants, mais j’ai quand même pu découvrir des endroits magnifiques dans la vallée de Katmandou, que je n’aurais probablement pas aussi bien vu autrement.

Est-ce que je referais cette randonnée en sachant que toute cette histoire allait m’arriver? Absolument. Je recommencerais demain matin, tellement j’ai adoré chacune des journées de ce trek. Ça reste un des plus beaux voyages de ma vie, et j’ai la ferme intention d’y retourner un jour pour enfin la contempler, cette fameuse vue depuis Gokyo Ri.

Aéroport de Lukla, Népal / Lukla airport, Nepal
Vol en hélicoptère vers Katmandou, Népal / Helicopter view to Kathmandu, Nepal

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Épinglez cet article sur Pinterest

Randonnée vers les lacs turquoise de Gokyo, Monsieur+Madame Explore, Blogue de voyage, Népal / Hiking to Gokyo, Nepal

Partagez cet article

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.