Dauphins, Récif Sataya, Mer Rouge, Égypte / Dolphins, Sataya reef, Red Sea, Egypt
Dauphins, Récif Sataya, Mer Rouge, Égypte / Dolphins, Sataya reef, Red Sea, Egypt

Faire de la plongée à Marsa Alam et sur la côte de la mer Rouge

Par Steve

Quand on pense à l’Égypte, on pense évidemment aux pyramides et aux trésors des pharaons enfouis dans une mer de sable. Et bien ce n’est pas la seule mer que l’on retrouve ici, car le pays est bordé au nord par la Méditerranée, et à l’est par la mer Rouge. Cette dernière mérite beaucoup plus de reconnaissance, puisqu’il s’agit de l’un des meilleurs endroits au monde pour la plongée et le snorkeling (plongée en apnée).

J’ai eu la chance d’explorer la mer Rouge pendant une semaine, en me basant à Marsa Alam. J’y ai passé certains des plus beaux moments de mon voyage en Égypte. Pourquoi alors la région n’est-elle pas plus populaire me demandez-vous? Et bien ce n’est vraiment pas si facile de trouver de l’info pour y voyager, et j’ai eu quelques… surprises en arrivant à Marsa Alam disons.

Vous pourrez donc apprendre de toutes mes péripéties dans cet article. Vous y trouverez tout ce qu’il faut savoir sur la côte de la mer Rouge et sur l’organisation de vos excursions de plongée et de snorkeling. Alors enfilez votre masque, on plonge pour une immersion dans cette région remplie de merveilles sous-marines.
 

Tortue, Abu Dabab, Mer Rouge, Égypte / Turtle, Abu Dabab, Red Sea, Egypt

La mer Rouge

Bordée par 8 pays d’Afrique et de la péninsule arabique, la mer Rouge est un endroit unique sur terre. C’est la seule mer tropicale à être presque entièrement fermée, les eaux de l’océan Indien ayant à franchir un détroit très étroit pour y pénétrer. Elle est entourée par des terres très arides, voire désertiques, et elle n’a aucun affluent majeur. Ces conditions ont contribué à en faire l’une des mers les plus salées au monde.

Bon, ne vous attendez pas à y flotter tel un bouchon comme dans la mer Morte, on est loin de là. Ici au contraire, la mer est on ne peut plus vivante, puisque l’eau cristalline constitue le milieu parfait pour le foisonnement d’une faune et d’une flore marine incomparable. On y retrouve d’innombrables récifs, et des populations impressionnantes de tortues, de requins et de dauphins. Vous aurez peut-être même la chance d’y croiser le dugong, un gentil géant absolument adorable.

Si je ne vous ai pas encore convaincu, sachez que la mer Rouge est l’une des plus chaudes du monde, la température de ses eaux oscillant entre 21 et 25 °C. J’ai aussi eu le plaisir d’y plonger du côté jordanien, et je peux vous dire que les récifs coralliens y sont tout autant merveilleux. Comme rien n’est parfait, elle est aussi reconnue pour être très venteuse, ce qui peut contribuer à rendre les excursions en bateau un peu plus houleuses. Si vous avez le cœur sensible, prévoyez une petite Gravol pour le trajet. 

Tortue, Abu Dabab, Mer Rouge, Égypte / Turtle, Abu Dabab, Red Sea, Egypt
Plongée en apnée, Mer Rouge, Égypte / Snorkeling, Red Sea, Egypt

Hurghada, la porte d’entrée de la région

La majorité des touristes qui veulent explorer la côte de la mer Rouge arrivent par Hurghada. Son aéroport est d’ailleurs le deuxième plus fréquenté d’Égypte (après celui du Caire), et est très bien connecté avec de nombreux pays européens. La région est très prisée en hiver par les voyageurs en manque de chaleur et de vitamine D, qui viennent y passer une ou deux semaines dans un hôtel tout inclus.

Hurghada était jadis un petit village de pêcheurs, qui s’est métamorphosé dans les 50 dernières années en une ville de 400 000 habitants. Vous y trouverez toutes les commodités, et c’est une bonne base pour organiser vos excursions dans la région. La ville occupe plus de 20 km sur la côte, mais l’accès à la plus grande partie du littoral est contrôlé par des complexes hôteliers.   

Mosqué, Hurghada, Mer Rouge, Égypte / Mosque, Hurghada, Red Sea, Egypt
Marché, Hurghada, Mer Rouge, Égypte / Market, Hurghada, Red Sea, Egypt

Les récifs coralliens des alentours, autrefois florissants, ont malheureusement dû payer le prix de cette expansion et de la négligence des plaisanciers. Si vous êtes à la recherche de coraux plus « vierges », mettez le cap 300 km plus au sud, et établissez-vous plutôt à Marsa Alam.

Si néanmoins vous passez une journée à Hurghada, ne ratez pas la Marina, un endroit parfait pour se balader en soirée. Vous trouverez une multitude de restaurants sur cette promenade entièrement fermée à la circulation automobile.  

Marina, Hurghada, Mer Rouge, Égypte / Marina Hurghada, Red Sea, Egypt

Marsa Alam

Marsa Alam est sans l’ombre d’un doute l’une des villes les plus laides que j’ai jamais vues. Les rues sont poussiéreuses, et presque un bâtiment sur deux est à demi construit, laissé à l’abandon après le déclin du tourisme causé par la révolution arabe de 2011. En arrivant ici, je me demandais bien pourquoi on m’avait chaudement recommandé de m’y baser pour explorer la mer Morte. La ville, qui compte environ 6 000 habitants, est tellement hideuse que je n’ai d’ailleurs même pas pris une seule photo.

Malgré tout cela, je garde un souvenir merveilleux des six jours que j’y ai passé. Parce que la beauté de l’endroit se trouve non pas en surface, mais bien sous la mer. La nature y est infiniment mieux préservée que dans la région d’Hurghada, et vous aurez la chance de voir des sites et récifs coralliens d’une splendeur inouïe.

Avant de partir, je m’étais dit que mon séjour ici serait une réussite si je voyais soit une tortue, un dauphin ou un dugong. Et bien ce fut un succès retentissant, puisque j’ai eu la chance de voir un dugong, deux requins, une bonne vingtaine de tortues et au moins une centaine de dauphins. Il n’y a évidemment aucune garantie lorsque l’on veut voir des animaux sauvages. Mais disons qu’il faudrait être bien malchanceux pour ne pas voir quelque chose d’intéressant dans le coin. Et rassurez-vous, nul besoin de savoir plonger pour ça, vous verrez aussi des merveilles avec un simple masque et un tuba. 

Marsa Alam, Mer Rouge, Égypte / Marsa Alam, Red Sea, Egypt

Les meilleurs sites à voir autour de Marsa Alam

Il y a des dizaines de sites d’intérêt dans la région. Voici une sélection accessible aux adeptes de snorkeling et aux plongeurs débutants (comme moi). Si vous êtes un plongeur expérimenté, ne manquez pas le site d’Elphinstone situé au nord de Marsa Alam. Vous avez de bonnes chances d’y voir des requins-marteaux et des raies mantas.

Abu Dabab

La plage d’Abu Dabab est selon moi l’endroit parfait pour une première journée sur la côte. Située dans un complexe hôtelier privé, il faut payer 130 LE pour y accéder. Vous y trouverez toutes les commodités : chaises longues, parasols, toilettes, douches et deux petits casse-croûtes. Il y a aussi une école de plongée, et vous pourrez y louer tout ce qui vous sera nécessaire pour faire du snorkeling. 

Plage, Abu Dabab, Mer Rouge, Égypte / Beach, Abu Dabab, Red Sea, Egypt

Qu’est-ce qu’elle a de si particulier cette plage? Oui on y vient pour son sable clair et son eau cristalline, mais surtout parce que c’est un excellent endroit pour observer des tortues de mer. Lors de mes deux visites ici, j’ai pu voir une dizaine de tortues vertes brouter le fond marin, à environ 150 mètres de la plage. Il suffit d’un masque avec tuba et de palmes, puisqu’elles se tiennent dans une zone qui fait à peine quelques mètres de profondeur.

J’ai passé plusieurs heures à observer ces animaux fascinants, en attendant patiemment qu’elles remontent à la surface (à chaque 10 minutes environ). Certaines d’entres elles font presque un mètre de long, et j’ai étonné de voir que les plus grosses avaient toutes des rémoras fixés sur leurs carapaces. On peut les suivre de près, mais il faut faire attention de ne jamais les toucher, parce qu’on peut leur transmettre des maladies. Et aussi parce que leur bec est assez acéré pour couper un doigt. Voilà, vous êtes avertis.

Tortue, Abu Dabab, Mer Rouge, Égypte / Turtle, Abu Dabab, Red Sea, Egypt
Tortue, Abu Dabab, Mer Rouge, Égypte / Turtle, Abu Dabab, Red Sea, Egypt
Poissons Coraux, Abu Dabab, Mer Rouge, Égypte / Coral Fish, Abu Dabab, Red Sea, Egypt

Il y a également des récifs bien en santé de chaque côté de la plage, et vous aurez le bonheur d’y voir une multitude de poissons plus colorés les uns que les autres. Tout ça à 1 ou 2 mètres de profondeur. L’endroit est aussi parfois fréquenté par les dugongs.

Abu Dabab est à 40 km au nord de Marsa Alam. Pour vous y rendre, vous devrez prendre un taxi à partir de la ville. Comptez environ 400 LE aller-retour. Si vous en avez la chance, demandez à votre chauffeur de s’arrêter quelques minutes à Aurora Bay. C’est une magnifique petite baie située à mi-chemin. 

Baie de Aurora, Mer Rouge, Égypte / Aurora Bay, Red Sea, Egypt
Aurora Bay

Sataya (Dolphin Reef)

La règle générale sur la côte, c’est que plus vous allez au sud, plus c’est sauvage, et plus vous avez de chances de voir de gros animaux marins. Ça s’est avéré particulièrement vrai à Sataya, le site le plus au sud de cette liste. C’est là que j’ai vécu mon plus beau moment en Égypte, rien de moins.

Sataya est facilement accessible en excursion organisée (ce que j’ai fait), mais ça reste un site d’exception qui se mérite. Après m’être levé tôt, il a fallu faire deux heures dans un minibus, qui nous a emmenés près du village de Berenice. De là, nous sommes montés à bord d’un assez gros bateau, pour un trajet de deux heures avant d’arriver au lagon, situé à 12 km de la côte.  

Bateau, Récif Sataya, Égypte / Boat, Sataya reef, Egypt
Récif Sataya, Mer Rouge, Égypte / Sataya reef, Red Sea, Egypt

Le bateau a jeté l’ancre un peu en retrait du lagon, et c’est un zodiac qui nous y a amenés. On avait déjà eu la chance de voir quelques dauphins en chemin, mais rien ne pouvait me préparer au spectacle que Mère Nature nous avait planifié à Sataya. Une centaine de dauphins à long bec faisaient l’aller-retour bien tranquillement dans le lagon, c’était tout simplement incroyable. On pouvait admirer des bébés suivant leur mère de près, et des adultes qui se collaient, ou jouaient ensemble. 

Dauphins, Récif Sataya, Mer Rouge, Égypte / Dolphins, Sataya reef, Red Sea, Egypt

Je précise que les dauphins étaient sauvages et en totale liberté, bien évidemment. Ils n’avaient vraiment pas l’air stressés de notre présence, et ils nageaient comme si de rien n’était. C’est bien entendu très important pour moi que cette interaction se fasse dans le respect des animaux, et j’ai été ravi de constater que l’activité est très encadrée. Les bateaux doivent jeter l’ancre dans un endroit désigné, les zodiacs ne peuvent pas aller partout, et on ne peut vivre l’expérience qu’en faisant du snorkeling. Pas de plongée avec bonbonne ici.

Il y a également un très chouette récif autour du lagon, où on peut y voir une multitude de poissons. Comptez environ 1100 LE pour la journée, incluant transport et lunch. C’est bien peu cher payé pour vivre un moment qui restera gravé dans ma mémoire toute ma vie.

Dauphins, Récif Sataya, Mer Rouge, Égypte / Dolphins, Sataya reef, Red Sea, Egypt
Dauphins, Récif Sataya, Mer Rouge, Égypte / Dolphins, Sataya reef, Red Sea, Egypt
Dauphins, Récif Sataya, Mer Rouge, Égypte / Dolphins, Sataya reef, Red Sea, Egypt

Sha’ab Samadai (Dolphin House)

Si vous n’avez pas le temps ou le courage de faire les 8 heures de transport aller-retour pour vous rendre à Sataya, rabattez-vous sur Sha’ab Samadai. Ce lagon situé à 18 km au sud-est de Marsa Alam est plus facilement accessible. Vous aurez aussi d’excellentes chances d’y voir des dauphins, qui fréquentent le site pendant toute l’année.

L’embarquement se fait directement à Marsa Alam, et il faut compter environ 90 minutes de bateau pour arriver à destination. Ici, vous aurez le choix entre snorkeling ou plongée. Le site est très bien encadré par la Hurghada Environmental Protection & Conservation Association. Il y a trois zones distinctes dans le lagon, dont une où il est interdit d’aller, pour ne pas troubler la quiétude des cétacés. Une partie des droits d’entrée sert d’ailleurs à financer les efforts de protection du lagon.

Comme Sataya avait comblé mes attentes les plus folles en termes de dauphins deux jours plus tôt, j’ai choisi de faire deux plongées de l’autre côté du récif. J’ai eu la chance d’apercevoir deux bébés requins, une grosse raie, un énorme poisson-napoléon et des murènes. Et j’ai pu voir la meute de dauphins de loin, ce qui constitue tout de même aussi une formidable journée en mer.

Poissons, Récif Sha’ab Samadai, Égypte / Fish, Sha’ab Samadai reef, Egypt
Poissons-papillons
Raie, Récif Sha’ab Samadai, Égypte / Ray, Sha’ab Samadai reef, Egypt
Raie pastenague à taches bleues

Marsa Egla

C’est dans la petite baie de Marsa Egla, située à 15 km au nord de Marsa Alam, que j’ai renoué avec la plongée. Je dois dire que j’étais un peu nerveux puisque je n’en avais pas fait depuis 8 ans. C’est un très bon endroit pour les débutants, car il n’y a pas de courant, et que l’eau n’est pas très profonde. Tout se fait directement à partir de la plage. Si vous ne plongez pas, sachez que vous aurez presque autant de plaisir en explorant le récif en snorkeling.

Je voulais visiter cet endroit parce qu’on a de bonnes chances d’y apercevoir le dugong, un mammifère marin pouvant atteindre 500 kg. Soyez sans crainte, ce gentil géant est tout à fait inoffensif, et il passe la majeure partie de son temps à brouter le fond de la mer. Ça lui a valu le surnom de vache des mers. C’est le petit cousin du lamantin que l’on a eu le bonheur d’admirer en Floride.

La seule différence fondamentale entre les deux espèces se note au niveau de la queue : les dugongs ont une queue fourchue comme les dauphins, alors que les lamantins ont une queue ronde.

Dugong, Marsa Egla, Mer Rouge, Égypte / Dugong, Marsa Egla, Red Sea, Egypt
Dugong, Marsa Egla, Mer Rouge, Égypte / Dugong, Marsa Egla, Red Sea, Egypt
Plongée, Dugong, Marsa Egla, Mer Rouge, Égypte / Diving, Dugong, Marsa Egla, Red Sea, Egypt

J’ai été très chanceux encore une fois, et j’ai pu observer pendant plusieurs minutes un de ses mammifères pourtant assez rares. J’avoue que je craque vraiment pour ces animaux qui ont l’air de grosses patates beaucoup trop mignonnes, avec leurs petits yeux noirs. C’était tout particulièrement magique de pouvoir rester au fond avec lui, sans avoir à me soucier de remonter à la surface.

Pendant ces deux plongées, j’ai de plus eu la chance de contempler plusieurs tortues vertes, ainsi que des poissons-lions. Ce dernier est relativement commun dans la mer Rouge, et j’avais aussi eu la chance d’en voir en Jordanie. Même s’il est magnifique, observez-le à bonne distance. Il est très venimeux, et un contact avec ses épines peut infliger une douleur considérable. Heureusement, ce poisson n’est absolument pas agressif.

Tortue, Marsa Egla, Mer Rouge, Égypte / Turtle, Marsa Egla, Red Sea, Egypt
Tortue verte
Poisson-Lion, Marsa Egla, Mer Rouge, Égypte / Lionfish, Marsa Egla, Red Sea, Egypt
Poisson-lion

Comment organiser ses plongées ou ses excursions en snorkeling

En regardant Marsa Alam sur Google Maps, on peut voir plusieurs écoles de plongée. Je m’étais donc dit que ce serait facile de trouver un endroit pour planifier tout ça. En arrivant sur place, j’ai constaté qu’elles étaient toutes fermées, ou que cette information était erronée. Je paniquais un peu pour être honnête.

Heureusement, je suis tombé sur le Rayhanna Hotel, où j’ai pu réserver autant mes journées en snorkeling qu’en plongée. Pour cette dernière activité, on m’a référé à Lorella du Monkey Divers Diving College. Cette école de plongée est située au Elphinstone Resort, un peu au nord de la ville. Tout était très professionnel, avec des instructeurs certifiés, et je me suis senti vraiment bien accompagné. Ils offrent des sorties pour tous les niveaux de plongeurs, ainsi que des cours PADI pour ceux qui voudraient s’initier à ce sport.

Plongée, Tortue, Mer Rouge, Égypte / Diving, Turtle, Red Sea, Egypt
Plongée, Dugong, Marsa Egla, Mer Rouge, Égypte / Diving, Dugong, Marsa Egla, Red Sea, Egypt
Plongée, Tortue, Mer Rouge, Égypte / Diving, Turtle, Red Sea, Egypt

Où se loger et manger à Marsa Alam

La majorité des gens qui visitent la région séjournent dans l’un des nombreux complexes tout inclus, situés entre Hurghada et Marsa Alam. C’est une bonne option si vous voulez vous reposer, sans avoir à vous soucier de rien. Plusieurs de ces hôtels offrent des excursions en plongée, et presque tous pourront organiser vos sorties en snorkeling.

Puisque je préfère voyager de façon indépendante et que l’idée d’être un peu prisonnier d’un resort ne me plaisait pas beaucoup, j’ai choisi de séjourner directement à Marsa Alam. Bon si vous avez lu plus haut, vous savez déjà que je ne suis vraiment pas tombé en amour avec la ville. J’ai par contre adoré mon séjour au Rayhanna Hotel. C’est un endroit abordable, chaleureux, et on s’y sent tout de suite comme chez soi. Ibrahim, le propriétaire, est probablement l’Égyptien le plus sympathique que j’ai rencontré. Il saura répondre à toutes vos questions. L’hôtel propose des excursions pour tous les sites majeurs de la région, alors vous êtes entre bonnes mains.

Marsa Alam offre un choix très limité de restaurants. Je n’ai qu’une seule recommandation à vous faire : le restaurant italien Casero, situé au Marina View Résidence. Les pâtes y sont très honnêtes, et j’ai lu d’excellents commentaires sur leurs steaks. Si vous avez envie d’un bon café à l’italienne (une denrée rare dans le sud de l’Égypte), vous ne serez pas déçu.

Hôtel Rayhanne, Marsa Alam, Égypte / Rayhanne Hotel, Marsa Alam, Egypt
Hôtel Rayhanne, Marsa Alam, Égypte / Rayhanne Hotel, Marsa Alam, Egypt

Comment se rendre à Marsa Alam

Depuis Hurghada

Si vous arrivez de Hurghada, il y a un ou deux autobus par jour qui font la navette jusqu’à Marsa Alam, en s’arrêtant notamment à Safaga et Al Quseir en chemin. Si vous logez dans un tout-inclus, il y a fort à parier qu’un service de navette privée sera disponible pour vous y amener. La route qui longe la côte est en excellent état, alors vous pouvez être en pleine confiance.

Depuis la vallée du Nil

C’est beaucoup plus complexe si vous arrivez d’Assouan ou de Louxor. Il existe une route secondaire qui relie directement Assouan et Marsa Alam, mais elle est interdite aux touristes. Il faut donc passer par Luxor, où de nombreux autobus partent pour Hurghada chaque jour. De là, vous pourrez prendre un autobus pour Marsa Alam. C’est sûrement l’option la plus économique, mais il vous faudra au moins une journée entière pour finalement arriver à Marsa Alam.

J’ai pour ma part choisi une solution beaucoup plus rapide et pratique : une voiture privée qui m’a amené de Louxor à Marsa Alam en 6 heures à peine, pour une centaine de dollars US$. Si vous êtes deux ou plus, je vous recommande chaudement cette option. Vous sauverez énormément de temps.  

Route de Luxor à Marsa Alam, Égypte / Road from Luxor to Marsa Alam, Egypt

Les déplacements dans la région

Aucun autobus ne fait la navette entre les différents points d’intérêts sur la côte, alors il faudra vous arranger par vos propres moyens. Le plus simple est de prendre un taxi, ce que j’ai fait pour aller à Abu Dabab par exemple. Comme pour tout en Égypte, assurez-vous de bien fixer le coût de la course pour éviter les mauvaises surprises. Il est préférable de passer par votre hôtel qui saura vous trouver un chauffeur fiable et honnête.

La préservation des écosystèmes

Les récifs coralliens partout sur la planète sont menacés par le réchauffement climatique, l’acidification des océans, la pêche et le développement humain. Heureusement, les coraux de la mer Rouge semblent mieux résister à toute cette pression qu’ailleurs dans le monde. J’ai été ravi d’y voir des récifs en pleine santé, hébergeant une quantité impressionnante d’espèces de poissons.

Le développement de la côte a fait des ravages autour de Hurghada, mais au moins l’Égypte a appris de ses erreurs et tous les nouveaux projets sont maintenant strictement encadrés. En vous déplaçant sur la côte, vous verrez sûrement des zones militaires, l’armée étant très active pour protéger le littoral. J’ai été agréablement surpris des efforts faits par le gouvernement à ce sujet.  

Coraux, Mer Rouge, Égypte / Coral, Red Sea, Egypt
Poisson Corail, Abu Dabab, Mer Rouge, Égypte / Coral Fish, Abu Dabab, Red Sea, Egypt

Hurghada Environmental Protection & Conservation Association est une organisation qui fait énormément pour protéger les récifs. C’est grâce à elle que des sites comme Sataya ou Sha’ab Samadai sont balisés, et que des règles strictes ont été établies pour l’interaction avec les dauphins. Elle fait aussi beaucoup de sensibilisation auprès des pêcheurs, par exemple pour éviter que leurs ancres n’endommagent les sites.

Une grande part de la protection des écosystèmes incombe aussi aux touristes. Si vous souhaitez être un voyageur responsable, assurez-vous de respecter les règles suivantes :

  • Ne touchez pas les organismes. Vous pourriez les endommager ou leur transmettre des maladies. C’est encore plus vrai pour le corail, qui est en plus très coupant.

  • Faites attention à ne pas brouiller le fond marin avec vos palmes. La poussière crée un filtre qui masque le soleil, ce qui nuit à de nombreux animaux et plantes. Si vous n’êtes pas entièrement en contrôle, gardez un peu plus de distance.

  • Utiliser un écran solaire qui ne cause pas de dommage aux coraux.

  • Ne pourchassez pas les animaux, cela peut leur causer beaucoup de stress. En faisant le moins de bruit et de mouvement possible, ils oublieront plus facilement votre présence. Et si vous êtes très chanceux, ils viendront peut-être vous observer de plus près.

  • Ne ramenez pas de coquillages ou de coraux, même s’ils sont déjà morts. Vous pourriez d’ailleurs vous les faire confisquer et risquer une amende en passant la douane à l’aéroport.

  • Ne nourrissez pas les animaux. Mère Nature s’en occupe déjà très bien.
Raie, Mer Rouge, Égypte / Ray, Red Sea, Egypt

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Épinglez cet article sur Pinterest

Faire de la plongée à Marsa Alam et la côte de la mer Rouge, Monsieur+Madame Explore, Blogue de voyage, Égypte / Diving and Snorkeling in Marsa Alam and the Red Sea Coast, Egypt

Partagez cet article

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.